Entretien

Agent de joueurs la profession polémique

La question des agents de sport fait couler beaucoup d’encre et de salive dans le milieu du football en Afrique. Entre des agents véreux et des vendeurs de rêves, les jeunes joueurs ne savent plus où donner la tête. L’agent de joueurs de football est au cœur même de la vie d’un sportif. Une position qui lui confère un pouvoir infini dans la carrière d’un de ses poulains. Sidney BROUTINOVSKI président fondateur de l’école des agents de joueurs de football (E.A.J.F) lève le voile sur cette profession qui fascine.

Question basique c’est quoi un agent sportif ?
BROUTINOVSKI SIDNEY : C’est une personne, qui à titre occasionnel ou habituel, met en rapport des parties (joueur/entraîneur /club) intéressées à la conclusion d’un contrat rémunéré de joueur de football ou d’une convention de transfert. A bien des égards, la fonction d’agent sportif constitue une nécessité aujourd’hui et fait de ces professionnels l’une des figures centrales, du monde sportif. La dimension de l’agent est aussi économique, dans un sens plus large, car celui-ci joue un rôle central dans la mise en relation des joueurs et des clubs en palliant les imperfections des échanges de l’information sur le marché : à ce titre, il réduit les coût des transactions et le risques des sportifs comme des clubs, ainsi que l’ont montré de nombreux économistes. L’action de l’agent est également sociale : il donne des conseils au joueur et lui prête assistance. Comme l’ont noté certains observateurs : « Quand on parle agent, certains entendent souvent argent. Pourtant dans cette en moins, l’aspect financier n’occupe qu’une place parmi tant d’autres »

Pourquoi l’idée d’une école des agents de joueurs de football ?
L’école des agents de joueurs de football est née lorsque j’ai moi-même voulu passer l’examen d’agent sportif, et au vu de la difficulté de l’examen, je me suis rendu compte qu’aucune école n’existait pour préparer à cet examen. Aujourd’hui, l’École des Agents de Joueurs de Football – E.AJ.F forme depuis une décennie, des agents de joueurs de football compétents, capables d’appréhender les enjeux sociaux, économiques et sportifs du football professionnel. Nos aspirants agents préparent pendant 10 mois l’examen dispensé par la Fédération Française de Football ainsi que leur début de carrière d’agent. La réussite de l’examen et l’obtention de la licence est la première étape pour devenir agent.

Vous avez des étudiants qui arrivent à tirer leur épingle du jeu après la formation ?
Premièrement nous sommes Pionner et Leader sur le marché Européen, notre réseau professionnel est considérable, réseaux que nous mettons à disposition de l’ensemble de nos étudiants. De plus nous mettons un point d’honneur à former, et à intégrer sur le marché des agents qui travail, nous accompagnons nos étudiants au-delà de la préparation à l’examen. Prenez le cas par exemple de nos programme ÉLITE, ce dernier permet à nos étudiants de rencontrer plus de 40 clubs professionnels durant les 10 mois de formation, ainsi nouer des relations privilégiées avec les Directeurs Sportifs, Recruteurs, Directeurs Généraux, Présidents de clubs … Ainsi que 2 séminaires en immersion dans des clubs Français et étranger

Comment expliquez-vous un tel engouement malgré tous les scandales et les polémiques autour de cette profession ?
De tout temps, l’homme fantasme sur l’inconnu, la profession d’agent ne déroge pas à la règle, mais nous a l’EAJF avons largement contribué à faire connaître cette profession, au grand public. Cette dernière génère énormément d’argent, et parfois certains individus a la marge, font preuve d’incompétence ce qui entraînent des dérivent, et ternisse l’image de la profession. Alors oui, nous pouvons encore aller plus loin dans les sanctions envers les personnes qui exerce soit de manière illégale la profession d’agent sportif, soit qui commette des fautes lourdes. Et pour cela j’appelle les fédérations nationales à prendre pleinement mesure de l’importance des agents dans le paysage du football mondial, et à appliquer des sanctions fortes.

Est-ce que vous avez des étudiants africains ?
Nous sommes le seul pays au monde (jusqu’à ce que l’Italie se joigne à nous cette année) où le métier d’agent est régulé par une licence obligatoire, délivrée par la FFF, pour exercer ce métier. En France il est donc obligatoire d’être licencié par la FFF et donc d’être formé à cet examen pour exercer. A l’étranger en revanche on ne parle plus d’agent mais d’intermédiaire. De plus en plus de personnes provenant de pays étrangers et principalement d’Afrique désirent s’inscrire au sein de notre école pour apprendre les rouages du métier. Je suis le fruit d’un papa Béninois et d’une Maman Russe, l’implantation en Afrique est un réel sujet de réflexion avec mes équipes. Car je crois fortement au potentiel de l’Afrique, riche de par sa diversité d’homme et de femme, et également une forte sensibilité pour le Football.

Quel regard portez-vous sur la profession en Afrique ?
Pas encore démocratiser, mais en vue des nombreux joueurs africains de qualité qui évolue dans les différents championnats européens, cette profession en Afrique a de beaux jours devant elle. A condition d’avoir des personnes formées et compétente.

Nous avons rencontré des joueurs qui ont été abandonné dans des pays par leurs agents après des contrats où lorsqu’un contrat n’a pas abouti, comment abordez-vous ces situations dans vos formations ?
Nous considérons cela comme un fléau, mais il est important de comprendre que dans la grande majorité des cas, il ne s’agit pas d’agent officiel, mais bien de parasite, des personnes utilisant le football pour faire miroiter, d’éventuels contrats a des joueurs. Nous sensibilisons l’ensemble de nos étudiants, sur l’importance de leur profession et de la responsabilité que cela implique, non seulement envers les joueurs mais aussi leurs familles.

Pouvez-vous nous donner quelques trucs et astuces pour choisir un bon agent.
Le seul conseil que je puisse donner c’est de prêter au fait qu’il existe une liste officielle des agents, et intermédiaires. En s’y référent il est donc facile d’identifier les personnes.
Après c’est une question de feeling entre le joueur et l’agent.

Par Armelle Germaine ABOMO

Partagez...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter