ActualitésChroniqueEvénementsRugbyUne

Linda Djougang de son Cameroun natal à Twickenham!

Il y’a quatre ans la jeune camerounaise découvrait le rugby sur YouTube et aujourd’hui, elle se prépare à jouer pour la première fois à Twickenham, l’un des plus grands stades de rugby au monde. De Douala, au Cameroun, à Rush, en Irlande un pays qu’elle représente désormais dans le rugby international Linda vit un véritable conte de fée.

Arrivée en Irlande à l’âge de neuf ans et ne parlant pas anglais, le sport a toujours été un lieu de réconfort pour Djougang, dont la langue maternelle est le français.

Après avoir réussi son lancer de poids à l’école, elle a commencé à étudier au Trinity Collège de Dublin et cherchait un moyen de rencontrer des gens. Elle a vu en ligne un tournoi de rugby à élimination directe et a décidé de le suivre, bien qu’elle ne sache pas de quoi il s’agissait.

Je me souviens d’être allée sur YouTube et d’avoir tapé « Qu’est-ce que le rugby » », se souvient-elle. « Je n’ai jamais compris le jeu. Je me suis dit : « Pourquoi est-ce qu’ils passent le ballon à l’envers ?

« Je n’arrive pas à croire que je vais jouer à Twickenham. C’est époustouflant. Quand je mets mon maillot, je le regarde et je me demande comment j’ai pu aller aussi loin.

À l’âge de neuf ans, Djougang n’avait jamais quitté sa ville natale. Mais, laissant sa mère derrière elle, elle entreprit le vol seule et fut accueillie par son père en Irlande.

Elle décrit son arrivée à Rush, avec sa langue, sa culture et sa nourriture différentes, comme « terrifiante » mais, 14 ans plus tard, l’accessoire est installé dans sa nouvelle maison et a représenté l’Irlande sur la scène internationale à cinq reprises.

« J’ai su dès mon arrivée en Irlande que c’était un énorme changement », dit-elle.

« C’était difficile de s’intégrer. J’ai trouvé cela très difficile. Dès que j’ai découvert le rugby, j’ai eu l’impression d’appartenir à quelque chose. J’ai eu l’impression que j’étais née pour faire ça. Je peux être moi-même en pratiquant ce sport ».

Bien que le rugby représente beaucoup pour Djougang, sa famille ne comprend pas encore totalement ce sport, le football étant le jeu de prédilection au Cameroun.

La jeune femme de 23 ans, qui n’a pas vu sa mère depuis son départ de Douala, peut donc se sentir coincée entre deux mondes, mais elle affirme que la présence de ses parents à un match un jour serait « un rêve ».

« Chez nous, c’est le football. Il n’y a rien d’autre », dit-elle.

Je dis à ma mère que je joue pour le Leinster et l’Irlande et elle me demande : « Chérie, quel est ce sport que tu pratiques ?

« Mais elle est si fière de moi. J’ai l’impression de vivre deux vies différentes où je m’entraîne avec les filles et j’adore ça, puis je dois me garer et rentrer dans cet autre monde où personne ne comprend ce que je fais.

Djougang combine le rugby international et provincial avec une dernière année d’un diplôme d’infirmière généraliste à Trinity.

Cela signifie un emploi du temps chargé, se lever à 6 heures du matin pour des séances de gym avec l’équipe d’Irlande, avant une journée de conférences et d’autres entraînements le soir.

« Je sais que tout cela en vaudra la peine quand je sortirai de Twickenham », ajoute-t-elle.

« Cela montre aux jeunes filles que c’est l’avenir. Nous allons pouvoir aller en Angleterre et jouer. Nous écrivons l’histoire et c’est incroyable ».

Jouer à Twickenham, c’est énorme pour moi. Le rêve de Linda ne fait que commencer malgré la défaite de Leinster contre Harlequins 47-26.

Partagez...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter