ActualitésBasketEntretienUne

Sénégal / Basket : Demba Seck, Pdt AS Douanes : « Les clubs sont preneurs d’une quelconque aide ».

L’annulation de la saison de basketball entrainera d’énormes préjudices pécuniaires au niveau des clubs. C’est du moins l’avis de Demba Seck, président de l’AS Douanes. Dans cette première partie de l’entretien qu’il nous a accordé,  le dirigeant a soulevé la nécessité de venir en aide aux clubs, dans les limites du possible. Il est également revenu sur le mode de financement de l’AS Douanes, mais aussi sur la nécessité de se retrouver autour de l’essentiel pour le bien du basketball sénégalais.

Président, quelle appréciation faites-vous de  l’annulation de la saison ?

Nous sommes arrivés à l’arrêt des compétitions suite à la pandémie de Covid-19 qui sévit partout dans le monde. Nous sommes à l’écoute des autorités sanitaires qui donnent les comportements à adopter pour endiguer la pandémie. Tout le monde est impacté aujourd’hui. Et c’est la raison pour laquelle je dis souvent que les associations peuvent être considérées comme des PME. Car,  nous recrutons, nous payons des salaires et nous assurons le fonctionnement d’une organisation. Nous avons aussi investi beaucoup d’argent, de moyens matériels pour répondre présent lors des finales nationales, notamment en championnat et en coupe du Sénégal. Il s’avère que nous sommes arrivés à l’arrêt des compétitions et nous sommes impactés. Nous comprenons aisément que la santé n’a pas de prix. La préservation de l’intégrité physique des athlètes prime sur tout. Nous lançons un appel à tous pour que nous puissions endiguer la propagation du virus.

Certains clubs réclament des mesures d’accompagnement. Quelle est la position de l’As Douanes ?

A l’instar de tous les clubs du Sénégal, l’AS Douanes voudrait être accompagnée, au regarde des investissements que nous avons effectué. Nous  avons consenti beaucoup d’efforts, de moyens financiers, matériels et sur le plan médical aussi. Nous étions engagés dans une compétition qui demandait le recrutement de joueurs professionnels venant de l’extérieur. Cela exigeait un certain nombre de conditions et répondre aux obligations pour rendre notre équipe compétitive sur le plan local. Nous avons investi ces moyens et nous n’avons pas pu continuer le championnat à cause de la pandémie. Ce sont des moyens qui ne pourront pas être remboursés. Quand on parle au niveau de l’AS Douanes, nous parlons des titres glanés à la fin de la saison sportive. Par rapport à la Fédération,, nous sommes disposés de pouvoir être accompagnés sur le plan financier et matériel. En tant que premier vice-président de la FSBB, le basket n’est pas nanti et nous attendons  de la FIBA des moyens additionnels pour accompagner les clubs. S’il y a des moyens d’accompagnement, nous serons entièrement preneurs. Il ne s’agit pas simplement de parler de finances. Mais il faut voir dans quelles conditions les clubs pourraient conserver leurs joueurs recrutés lors de la saison 2019-2020. Les clubs ont investi de fortes sommes d’argent. Et il faudrait les appuyer dans ce sens. Nous sommes disposés au niveau de la Fédération sénégalaise de basket, à trouver avec les clubs, la meilleure solution.

A l’AS Douanes, certains soutiennent le club de basket pèse plus lourd que celui du football ? Que répondez-vous ?

A l’AS Douanes, nous avons ce qu’on appelle l’unicité de caisse. Elle a un seul compte bancaire et une même source de financement. Sans entrer dans une logique de concurrence avec le football, je peux me retrouver dans le football et nous sommes dans un corps paramilitaire. Nous investissons beaucoup d’argent. Et il faut saluer l’esprit du Directeur général et du président délégué qui mettent énormément de moyens dans la section de basket. C’est pourquoi on domine le basket local depuis 2016 parce que toutes les conditions sont réunies. Ils font tout pour mettre à l’aise les joueurs et l’encadrement technique. Il y a aussi un accompagnement médical, car nous avons un centre pour prendre en charge nos joueurs. Tous ces paramètres contribuent au bon fonctionnement de l’équipe.

A combien s’élève le budget de votre club ?

Vous conviendrez avec moi que ne je pourrais pas divulguer le budget de la section de basket. Je peux juste dire que c’est une manne financière mise à la disposition de la section de basket, comme à l’image du football. Et cela, dans le but de permettre aux clubs de jouer les premiers rôles sur le plan national et continental. Pour nous, il faut un accompagnement sur le plan financier pour pouvoir avoir les meilleurs joueurs. Tout se fait en coordination avec les besoins exprimés par le staff technique, dirigé par Mamadou Guèye « Pabi ». Le budget est établi en fonction du programme de recrutement et nous le présentons au président délégué qui a le dernier mot. Il met tout en œuvre pour que l’équipe soit dans des conditions optimales de performance. C’est ce qui anime tout l’encadrement technique et les joueurs. Nous faisons tout pour avoir les meilleurs joueurs et les mettre dans un bon niveau de salaire. Il ne faut pas aussi que nous prenions les joueurs pour leur payer un salaire misérable. Nous sommes conscients et nous savons qu’ils doivent être à l’abri du besoin. Par conséquent, il est fondamental que nous réservons à nos joueurs un traitement salarial digne. L’être humain doit être digne de ce qu’il reçoit. C’est dans cette perspective que l’AS Douanes comprend la situation de ses athlètes et de son staff technique pour les accorder le meilleur traitement salarial.

Peut-on avoir une idée sur les barèmes de ces salaires ?

Nous ne disons pas que nous avons les meilleurs salaires, mais nous faisons beaucoup d’efforts. Et cela, depuis notre arrivée à la tête de la section, afin que tout le monde puisse s’y retrouver. C’est très important, car si les joueurs sont dans de bonnes conditions, nous pouvons prétendre à des titres. Et nous avons eu des résultats probants ces dernières saisons. Le budget de cette saison était colossal, car nous devions jouer la BAL. Cela répond aux expressions des besoins faits par le coach dans le cadre du recrutement de joueurs professionnels, afin de présenter une équipe digne du nom et défendre les couleurs du Sénégal. Il fallait prendre plusieurs choses en charge : l’hébergement, la restauration, le transport, les assurances, entre autres poches de dépense. C’est une importante somme d’argent qui a été injectée pour mettre l’équipe dans de meilleures conditions.

On vous présente souvent comme le dauphin de Me Ndiaye au niveau de la FSBB. Que répondez-vous ?

Je me considère comme le premier Vice-président de la Fédération sénégalaise de basket. Je reste concentré sur les missions qui me sont confiées par le président Me Babacar Ndiaye. J’entretiens d’excellents rapports avec lui. Pour ce qui est d’être son dauphin, je ne peux pas me préoccuper de ce qui va se passer. Pour le moment, je reste concentré sur le mandat reçu des clubs pour participer au développement et à la promotion du basket. Nous sommes des croyants et des pratiquants. Mais nous ne savons pas qui sera là jusqu’à quelle date. Donc, nous prions  Dieu pour qu’il nous prête longue. Me Babacar Ndiaye ne m’a jamais dit que je suis son dauphin et c’est vous qui me l’apprenez. Il me considère comme son premier vice-président. Je le vois plus comme un frère. Je sais qu’il œuvre pour le développement du basket et il veut le  propulser au sommet.

La famille du basket est un peu agitée avec le feuilleton Tandian / Me Babacar Ndiaye. Quel message lancez-vous à l’endroit des acteurs ?

Je lance un appel au respect, à la sérénité à la retenue, à l’union des cœurs et des esprits, autour de l’essentiel qui est le développement du basket sénégalais. C’est ensemble que nous pouvons reconquérir les titres continentaux qui nous fuient. Si nous sommes solidaires, unis et généreux, nous pouvons  atteindre ces objectifs. Il est important qu’on puisse reconquérir les trophées continentaux surtout chez les garçons et au niveau des dames. Il ne faut pas aussi oublier la petite catégorie, où un travail important est en train d’être fait.

Partagez...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter